L’humanisme en islam : séminaire conclusif

Cycle « Islam » 2015/2016

* 27 mai 2015 : séminaire inaugural

* 10 décembre 2015 : journée d’étude internationale « L’humanisme en islam »

* 16 mars 2016 : journée d’étude « Islam et Protestantisme « convergences et divergences comme points de rencontre » »

* 4 mai 2016 : séminaire conclusif

L’humanisme en islam

Séminaire conclusif 

Le mercredi 4 mai 2016

Université d’Artois, Bâtiment des Arts – amphi Jacques Sys

Organisateur : Jan Goes et Charles Coutel

Comité scientifique : Samir Arbache, Abdennour Bidar, Charles Coutel, Jan Goes, Alain Joblin, Olivier Rota.

Séminaire I humanisme islam A3

L’islamisme radical mobilise, voire monopolise, l’attention de l’Occident et des média, et ceci depuis plusieurs années. Prônant un retour aux sources, ce courant s’appuie sur une interprétation littéraliste du Coran, de la sunna et de la Loi Divine (sharî’a). Il prône une interprétation littéraliste, décontextualisée des textes, s’opposant ainsi à l’islam majoritaire – qu’il soit sunnite ou chi’ite – qui se vit dans un contexte que l’on peut qualifier de civilisation de l’Islam, c’est-à-dire, l’ensemble des territoires touchés par le fait islamique, et que se partagent également différentes confessions (des chrétiens, des juifs, des yazidis, …).

Cet islam radical ne constitue pas la seule voie interprétative proposée au fidèle. Plus discret, mais tout aussi constant dans l’histoire de l’islam/Islam, un courant que l’on peut qualifier d’« humaniste » s’inspire des mêmes sources. On en trouve des manifestations dès le VIIIe siècle, autour du courant philosophique des mu’tazilites. Composé d’intellectuels tributaires de la philosophie de l’Antiquité tardive, ce courant a été vivace jusqu’au XIIIe siècle. Il eut la particularité de s’interroger sur le caractère créé ou incréé du Livre. L’on pourrait tout aussi bien citer, pour d’autres périodes, des penseurs que Dominique Urvoy qualifie de « libres » (ibn al-Muqaffa’a, al-Warraq, Ibn Ishâq), qui ne sont pas nécessairement des musulmans convaincus, tout en étant tributaires du fait islamique. N’oublions pas les philosophes de la trempe d’Ibn Rushd, plus récemment des mouvements de réforme (al-Nahda, les printemps arabes), ou encore des penseurs appelant à un renouveau de la « raison islamique » (Mohammed Arkoun), ou plaidant pour un « islam des lumières » (Malek Chebel), voire un « self islam » (Abdennour Bidar), libéré d’une certaine doxa. Ces différents courants ou personnes nous rappellent, s’il le fallait, que la « raison islamique » (M. Arkoun), ou plus exactement la raison dans l’islam, est tout sauf fixiste. Ils nous invitent à envisager la possibilité d’un humanisme en islam, à en définir les modalités et le contenu.

La journée d’étude « humanisme en islam » se propose de rouvrir le débat sur la raison dans l’islam au sens large du terme et ceci selon deux axes : d’un côté l’histoire de la pensée islamique dans ses relations avec les textes fondateurs ; de l’autre une approche philosophico-théologique de l’humanisme en islam.

PROGRAMME

13h45 : Accueil

14h00 : Introduction à deux voix : Charles Coutel (Université d’Artois) et Jan Goes (Université d’Artois)

Participants :

Steven Duarte, docteur en Islamologie, enseignant à Paris XIII, Le réformisme musulman contemporain et sa tradition libérale séculaire

Houda Abderrzak, docteure en Arts enseignante, Quel humanisme pour l’islam ?

Jan Goes, Hayy Ibn Yaqdhan / le philosophe autodidacte ou comment la raison mène à Dieu

Zakaria Taha, docteur en Études politiques, enseignant d’arabe à l’Université d’Artois, L’humanisme laïcisant du courant réformiste musulman islâh : une expérience manquée ?

Conclusions par Jan Goes, Charles Coutel et Ahmed Miktar (Président de l’association des imams de France)

Programme à télécharger


Vous aimerez aussi...