Témoigner, entre acte et parole. Une herméneutique du témoignage est-elle possible ?

Le colloque se tiendra à l’Université d’Artois, Arras, les 6 et 7 octobre 2016.

Maison de la Recherche, salle des colloques.

Herméneutique témoignage_sdcllq

La problématique du témoignage mobilise et fédère les équipes pluridisciplinaires et les récents travaux et initiatives de l’Institut d’Etude des Faits Religieux.

A la suite des travaux classiques de Nabert, Ricœur ou encore de Jean Grondin, il peut être important de réfléchir sur les conditions de possibilité d’une herméneutique du témoignage : peut-on être le témoin de sa propre conviction, notamment religieuse ? Comment interpréter les médiations choisies par le témoin pour témoigner ?

Lors d’un procès, l’acte de témoigner semble aller de soi ; il est jugé essentiel dans la manifestation de la vérité et le faux témoignage est sévèrement puni. De même, quand un « martyr » se sacrifie pour sa foi, tout se passe comme si le message allait de soi. Or, tout témoignage vaut-il preuve ? Dans chacun de ces cas, ce témoignage qui se présente comme spontané n’est-il pas en fait construit et n’appelle-t-il pas une interprétation ? C’est l’élaboration et la portée de tout témoignage, notamment religieux, qu’il s’agit de questionner dans cette journée d’étude.

Fort de son expérience pluridisciplinaire et des divers laboratoires qu’il réunit, l’IEFR souhaite mobiliser à la fois l’exégète, l’historien de l’art et des religions, le théologien, le linguiste, le philosophe, le spécialiste des textes littéraires, ou encore le juriste, autour de trois questions :

  • L’énonciation du témoignage : pourquoi témoigner ? Quelles conceptions du témoignage à travers l’histoire, notamment des religions ? Le martyre est-il un témoignage ?
  • La réception des discours qui entendent témoigner : comment interpréter les témoignages, qui se veulent eux-mêmes interprétation des autres et de soi ? Comment s’organise la mémoire des témoignages ?
  • Le message même du témoignage : quel type de communication le témoin choisit-il pour témoigner ? La parole suffit-elle ? Faut-il en passer par l’écriture ?

PROGRAMME

Téléchargez le programme complet

Jeudi 6 octobre 2016 : témoin et témoignage entre légitimité et limites

9h0-17h00

Accueil

Introduction, Charles Coutel

Matin : les cadres langagiers du témoignage 

  • Guy Coq, Philosophe, essayiste, Le témoignage à l’épreuve
  • Jean-François Petit, MCF en Philosophie à l’ICP, Parole, écriture, témoignage à l’aune de la révolution médiatique
  • Pascal Marin, MCF UCLy en Philosophie, Témoigner sous la forme du récit d’expérience. Aspects et critériologie langagière du témoignage dans les médias

Après-midi : témoigner d’une expérience-limite : la vie concentrationnaire au défi des mots 

  • Cathy Leblanc, Professeur de Philosophie à l’ICL, Vivre et attester. De l’ambivalence du témoin du système concentrationnaire nazi au statut de l’émotion
  • Patrice Vibert, Doctorant en Philosophie à l’Université de Rouen, Le témoin absent du témoignage : retour sur la littérature des camps
  • Chiara Nannicini Streitberger, Professeur de Littérature italienne et de Littérature dans les médias à l’Université Saint Louis – Bruxelles, Le double témoignage : le témoin « martyr » des camps raconté par le témoin rescapé
  • Audrey Louckx, Docteure en Langues et Lettres de l’Université Libre de Bruxelles, Voice of Witness : l’authenticité au service de l’empowerment

Vendredi 7 octobre 2016 : témoigner de sa foi : parole, acte et symbole

9h00-17h00

Matin : témoigner de sa foi : formes et limites du témoignage religieux 

  • Catherine Vialle, Professeure d’Exégèse à l’ICL, La mise en récit du témoignage dans l’Ancien Testament
  • Claire Charrier, Doctorante en Philosophie à l’Université de Paris X Nanterre, L’œuvre gravé de Rembrandt : témoigner par le moyen du sublime
  • Édouard Galby-Marinetti, Docteur en Littérature française de l’Université Montpellier III, Engagement et témoignages religieux pendant la guerre de 1870-1871
  • Charles Coutel, Professeur émérite de Philosophie, émérite de l’Université d’Artois, Le témoin incognito : lecture de Luc 24

Après-midi : témoigner, une expression moderne de la foi religieuse ?

  • Bruno Duriez, Directeur de recherche émérite en Sociologie au CNRS, De la conquête au témoignage. France. L’exemple de l’Action catholique ouvrière
  • Virginie Serraï, Doctorante en Littérature française et francophone à l’Université de Grenoble-Alpes, Guerre d’Algérie : de la prière au témoignage, la publication des journaux intimes et des correspondances de prêtres et séminaristes
  • Cyril Michaud, Doctorant en Histoire à l’Université de Lausanne, « Changer les hommes, les nations, le monde » : le dispositif du témoignage à travers la propagande filmique du Réarmement moral (1950-1960)

Débat général et conclusions

Clôture des travaux à plusieurs voix


Vous aimerez aussi...