La fraternité à l’épreuve de la déportation

Colloque organisé par Cathy Leblanc.

Institut catholique de Lille, Faculté de Théologie.

Les 13-14-15 mars 2014

Lettre de présentation de la manifestation

Lors du dernier colloque nous avions mis le pardon
à l’épreuve de la déportation, ce qui avait permis de
comprendre la complexité du positionnement requis par le
pardon. En faisant dialoguer des spécialistes de différentes
disciplines, nous avions compris que l’expérience extrême que
constitue la déportation laisse en chaque survivant une trace
indélébile à partir de laquelle il ou elle construit un sens
différent. Cette singularité nous avait amenés à comprendre la
notion d’imprescriptibilité. Elle nous avait aussi sensibilisés à
la notion de traumatisme. En effet la déportation constitue
une situation extrême qui transforme la personne. A fortiori,
l’expérience concentrationnaire visait à amenuiser la volonté
de ceux qui devaient soit périr, soit devenir petit à petit des
Untermenschen (des sous-hommes) et s’en laisser convaincre,
abandonnant par là tout ce qui les constituait. La perte subie
par chaque déporté devait ouvrir sur des positionnements
différents. Cette perte a pris des visages eux aussi différents :
elle a pu être la perte physique, d’un membre, d’une capacité.
Elle a pu aussi consister en une perte psychique entraînant des
difficultés pour le déporté d’assumer son rapport au monde et
la pleine jouissance de ce rapport au monde, un peu comme si
une part de lui-même ne pouvait plus survivre ou s’exprimer.
En ce sens, nous avions vu que le rapport au présent de
l’existence pouvait être violé par des pensées d’une grande
intensité et venant à tout moment, faire surgir dans la
conscience du survivant, des images ou sensations infernales
du passé.

Dans ce même cadre de la déportation, nous souhaitons
aujourd’hui nous interroger sur le sens qu’a pu revêtir la
fraternité quand elle a permis aux déportés de se soutenir
mutuellement au sein même des camps (cf. dessins de Boris
Taslitzky), mais aussi de se comprendre mutuellement dans la
nécessité que représentait la résistance dans les camps. En
quoi a donc consisté cette fraternité ? De quoi est-elle faite ?
Comment parler du lien qui unit les hommes quand ils doivent
survivre ensemble ? Quelles sont les histoires qui ont ponctué
ce vivre ensemble du camp ? La fraternité est-elle synonyme
de solidarité ou de charité ? Est-elle synonyme d’amitié ? Nous
verrons aussi que la construction européenne n’est pas exclue
de la fraternité concentrationnaire.

Des spécialistes de différentes disciplines s’interrogeront
sur le sens de la fraternité à partir de leur domaine et en
direction du contexte de la déportation.

Cathy Leblanc


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search