Édito du 19 décembre 2019 : l’IEFR fête ses dix ans !

L’IEFR (Institut d’Étude des Faits Religieux) s’est réuni pour la première fois en décembre 2009. Nous nous sommes appuyés sur tout le travail et l’expertise du regretté Jacques Sys, dont nous avons salué la mémoire au début de notre dernière Assemblée générale. Actuellement, l’IEFR rassemble cinq Universités de notre Région, dix-huit laboratoires et cent vingt enseignants-chercheurs. Ce réseau développe des coopérations entre les laboratoires et les chercheurs intéressés par l’étude des faits religieux, dont la complexité réclame une mobilisation intellectuelle et institutionnelle dans chaque discipline mais aussi entre les disciplines. Jacques Sys pensait, à juste titre, que l’interdisciplinarité bien comprise permet de rendre compte de la complexité des questions religieuses. L’IEFR se donne donc comme tâche d’étudier les convictions et les pratiques religieuses à partir d’un point de vue non confessionnel et scientifique, contribuant ainsi à répondre non-fanatiquement à tous les fanatismes.

Ce programme scientifique n’aurait pas pu se développer sans le soutien actif tant sur le plan des moyens humains que financiers, de la direction de notre Université d’Artois. Qu’elle soit ici chaleureusement remerciée. Cette gratitude s’étend aussi à Olivier Rota, dont l’expertise nous est indispensable.

Sur le plan institutionnel, l’IEFR en 2014 est devenu un GIS (Groupement d’intérêt scientifique). Sa Direction, qui vient d’être confirmée, est constituée par un bureau qui regroupe les représentants des établissements partenaires : Catherine Vialle de l’Institut Catholique de Lille, Christophe Leduc de l’Université d’Artois, Xavier Boniface de l’Université de Picardie Jules Verne, Mokhtar Ben Barka de l’Université polytechnique de Valenciennes et enfin Charles Mériaux de l’Université de Lille. Ce bureau conseille la Direction de l’IEFR. Un Conseil scientifique, réunissant la Direction des différents laboratoires, valide le programme annuel proposé par l’Assemblée générale. Ce fonctionnement nous permet d’envisager l’avenir avec confiance : tout projet ainsi validé devient l’affaire de tous. La collégialité des décisions s’appuie sur l’expertise des laboratoires. Cette collégialité se retrouve dans nos différentes initiatives scientifiques très souvent prolongées dans des publications reconnues. Ce principe de collégialité se développe dans une pratique de l’interdisciplinarité qui fut saluée par les évaluations officielles.

Trois finalités sont visées : tout d’abord stimuler les recherches pluridisciplinaires consacrées aux questions religieuses. Cette finalité saluée par les évaluations officielles fut reconnue par le Conseil des sages nommé par le ministère qui se consacre au principe de laïcité à l’école et à l’université. Sur des thèmes importants : le dialogue interreligieux, le témoignage, la notion d’apostolat, de tempérance ou encore de charité, il s’agit de mobiliser des chercheurs de différentes disciplines, afin d’éviter toute approche réductrice des questions religieuses.

Notre deuxième finalité est de travailler à la diffusion et à la valorisation de nos recherches, notamment en intervenant à leur demande dans des institutions de formation ou des services publics. Notre collaboration déjà ancienne avec la formation des maîtres est très prometteuse, concernant l’approche pédagogique du principe de laïcité et l’enseignement laïque des questions religieuses.

Troisième finalité : l’IEFR mène une politique éditoriale très active à travers diverses collections (notamment au sein d’Artois Presses Université). Là encore prévaut le principe de collégialité : chaque publication est dûment expertisée et évaluée en toute neutralité.

Ces trois finalités chercher, valoriser, publier, sont inséparables et expliquent sans doute notre développement, sinon notre bilan.

Notre bilan

À l’occasion de notre dernière Assemblée générale, un document synthétique fut proposé (voir plus bas). Un seul chiffre : quarante-trois publications d’ouvrages individuels ou collectifs depuis 2011 ! Dans la plupart des cas, nos initiatives scientifiques se prolongent dans des Actes que publient diverses collections et revues dont, récemment, la Revue du Nord. Pour l’année 2020, nous planifions, soutenons et organisons six initiatives scientifiques — Journées d’étude, séminaires et colloques — réparties dans toute notre Région.

Une émulation scientifique et éditoriale s’est donc créée, rendant possibles et souhaitables de nouvelles collaborations : avec l’Université du Littoral, de Reims, de Lyon, de divers Instituts nationaux dédiés à la formation des maîtres ou encore avec l’Institut Rachi de Troyes.

Nos projets

Notre dynamique, impulsée par Jacques Sys, se développe : d’une part, avec l’élargissement de nos coopérations avec d’autres Établissements universitaires, comme Reims ou Lyon ; rappelons que nous sommes déjà partenaires de l’IESR. D’autre part, sur le plan des initiatives scientifiques, nous soutenons, en février prochain, la belle initiative de Xavier Boniface pour le huit centième anniversaire de la cathédrale d’Amiens ; de même pour celles de Cathy Leblanc (mars 2020) ou encore d’Anne Jusseaume (juin 2020). En collaboration avec divers partenaires, nous développerons notre réflexion sur l’islam, notamment avec notre collègue Jan Goes. Ce même collègue, avec Carmen Pineira-Tresmontant, a convié l’IEFR à un séminaire ADA sur « Argumenter en religion ». De plus, l’IEFR organisera les 13 et 14 mai un colloque international consacré à la notion de « charité : définitions, pratiques, controverses ». Enfin, dans le souci de faire avancer notre réflexion épistémologique, nous organiserons, en octobre prochain, un colloque qui étudiera la notion complexe de faits religieux. Ce sera l’occasion de questionner la validité de notre démarche pluridisciplinaire.

À travers ces initiatives scientifiques et institutionnelles, il s’agit de nous mettre au service des chercheurs et des Centres de recherche pour continuer à étudier la complexité des questions religieuses dans notre modernité ; avec toujours le souci de répondre non fanatiquement aux fanatismes, notamment religieux.

L’équipe de direction de l’IEFR vous souhaite de belles fêtes de fin d’année.

Charles Coutel

Directeur de l’IEFR

Bilan Dix an d’IEFR et projets


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search