L’Edito du 24 juin 2014

Enseignement laïque de la morale, enseignement laïque des faits religieux. Quelle collaboration ?

« Nos écoles, depuis qu’elles sont pleinement laïcisées, n’attaquent aucune croyance religieuse mais se passent de toutes les croyances religieuses. […] L’enseignement de la morale doit donc être la première préoccupation de nos maîtres. » (J. Jaurès)

Le souci d’un enseignement laïque de la morale renoue donc avec la tradition républicaine laïque qui dès le début suppose la séparation des Eglises et de l’Etat (Loi de 1905) mais, avec F. Buisson, elle affirme qu’il s’agit, dans le même temps, de reconnaitre aussi l’apport des faits religieux.

Notre questionnement d’aujourd’hui s’inscrit dans cette continuité mais dans une actuelle, nouvelle et grave situation de crise : notre situation est plus dramatique car la synthèse théorique et pratique incarnée par Jaurès et Buisson est méconnue. Nous sommes contraints de « réinstaurer » et non seulement de « restaurer » notre culture républicaine . D’autres rencontres seront nécessaires pour répondre précisément à deux nouveaux questionnements :

1) Quelle Ecole et quelle République sont requises pour valoriser la transmission des savoirs rationnels élémentaires supposés par l’idée même d’ « enseignement » ? Faute de se poser cette question, cet enseignement risque de s’enfoncer dans les contradictions d’une confuse herméneutique du témoignage.

2) Quels rapports entretenir avec les savoirs enseignés pour que l’enseignement laïque de la morale reste lui-même laïque ?

En effet, en parlant bien d’un « enseignement » la puissance publique entend réaffirmer des exigences théoriques et pratiques voire didactiques précises ; sinon elle aurait utilisé le vocable commode et connu de « sensibilisation » qui depuis bien longtemps sert à programmer l’obsolescence des projets que l’on entend cependant… mettre en place. Un enseignement suppose, en effet, un programme précis, un horaire dédié, une évaluation spécifique et réfléchie, et en amont, une solide formation des acteurs .

Grandes seraient dès lors les tentations de fusionner ces deux enseignements au sein d’un ensemble flou qui intégrerait aussi l’ « éducation civique » ; n’est-ce pas prendre le risque de trois déconvenues ?

Or il est possible d’éviter ces dangers, à condition d’éviter trois risques :

1) Un risque de transfert de sacralité des religions vers l’enseignement laïque de la morale. Cet enseignement ferait office de « religion laïcisée » ce qui serait une contradiction dans les termes.

2) Un risque de transfert de sacralité de l’enseignement laïque de la morale vers l’enseignement des faits religieux ; c’est prendre le risque d’entretenir l’idée que la laïcité est par définition « anti-religieuse », ce qui serait un contresens sur l’esprit de la Loi de 1905. Le « convictionnel religieux » est à connaitre et respecter pour lui-même en dehors de tout prosélytisme .

3) Enfin, risque de « pilarisation à la belge », qui verrait l’enseignement laïque de la morale devenir une option à côté d’enseignements confessionnels. Cette « solution » serait évidemment absurde : notre République se marginaliserait d’elle-même dans une dérive communautariste mortelle.

Il convient donc d’avoir en tête ces trois risques pour penser la mise en place, dans la durée, de ces enseignements au sein d’un ensemble qui articulerait la formation civique du futur citoyen de la République , la formation éthique générale de tout homme libre et la nécessaire connaissance des éléments de culture religieuse générale (non-confessionnelle) présents dans la culture humaniste.

Charles Coutel


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search