L’edito du 28 février 2014

Commémorer 1914

[vitrail de l’église de Neufchâteau représentant le P. Umbricht, aumônier militaire]

La plupart des pays européens se préparent à commémorer le centenaire du début de la Première Guerre mondiale. À cet égard, il peut sembler surprenant de mettre l’accent sur le commencement de cet événement, alors qu’habituellement, c’est plutôt le dénouement que l’on célèbre. Ce renversement de perspective répond à l’ampleur des bouleversements provoqués par le conflit, dont le point de départ marque un tournant majeur.

La mémoire, ainsi que la commémoration qui en est l’expression collective et organisée, n’appartiennent pas aux historiens, toutefois sollicités comme experts. Les démarches commémoratives et historiennes ne sont pas de même nature : les unes jouent sur le registre de l’émotion et de la communication, tandis que les autres – comme toutes les disciplines scientifiques – ont une approche rationnelle et critique des événements. Si la coopération, sinon la convergence, entre les deux peut être enrichissante, elle ne doit pas être une renonciation aux spécificités des unes et des autres.

Les spécialistes des faits religieux ont-ils quelque chose à dire sur la guerre ? Si celle-ci n’est pas leur objet, elle a cependant des interactions avec les religions : les croyants et les clergés sont présents parmi ceux qui se battent et ceux qui les soutiennent ; les références religieuses sont évoquées par les belligérants ; la foi, dans toute la diversité de ses expressions, anime nombre de leurs contemporains. Ce champ de recherche a fait l’objet de nombreux travaux depuis une vingtaine d’années. Sans les recenser tous, on peut mentionner quelques jalons : Annette Becker a ainsi analysé les croyances des combattants et des civils de l’arrière dans une perspective d’anthropologie religieuse (La guerre et la foi, 1994). Plus récemment (2012) s’est tenu à Verdun un colloque sur « Foi, religions et sacré dans la Grande Guerre », montrant les enjeux, les paradoxes et les interrogations de la confrontation du religieux et du belliqueux. Plusieurs publications sur ces thèmes sont encore attendues en cette année du centenaire.

Un devoir de vérité et de rigueur s’impose plus que jamais aux chercheurs pour éviter les simplifications inévitables, les discours convenus et les versions officielles de l’histoire de la Grande Guerre. Appréhender celle-ci sous l’angle particulier des faits religieux, à travers notamment l’étude des croyances ou du rôle des Églises dans le conflit, permet d’élargir la réflexion sur la complexité du phénomène guerrier et, ce faisant, aide à dépasser les clichés mémoriels. Or en même temps, la mémoire, et donc la culture, est au cœur des religions, à rebours de la « sainte ignorance » analysée par Olivier Roy : c’est aussi une dimension à prendre en compte.

Xavier Boniface


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Olivier Rota (28 février 2014). L’edito du 28 février 2014. Institut d'Étude des faits religieux. Consulté le 18 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/pu1y


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search