L’edito du 18 octobre 2013

« RENCONTRES DE L’ARTOIS »

Ville d’Arras – IEFR (Institut d’Etude des faits religieux) – Université d’Artois

Texte d’ouverture prononcé par Charles Coutel.

Arras le 2 octobre 2013

Monsieur le Maire,

Mesdames, Messieurs,

C’est un honneur et un grand plaisir de présenter les enjeux et le programme de cette rencontre. Notre IEFR (Institut d’Etude des faits religieux) , implanté dans l’Université d’ Artois, a vocation à organiser des rencontres, des dialogues, et des échanges autour de la question des faits religieux dans notre société.

Merci à Olivier Rota et à Laurent Wiart pour leur collaboration si efficace.

L’actualité montre chaque jour tous les périls que courent les sociétés où le dialogue entre les religions et les courants de pensée humaniste ne se passerait pas bien.

N’oublions pas que notre République, en proclamant la laïcité qui prolonge notre devise « Liberté, Egalité , Fraternité » , ne déclare la guerre à aucune religion particulière et n’en privilégie aucune. La loi de 1905 va même plus loin en invitant les religions à mieux se rencontrer, échanger et se connaitre.

C’est pourquoi notre rencontre, répond à un vrai besoin.
Le titre même de cette rencontre est une invitation à cheminer ensemble « de la tolérance au respect » pour une société toujours plus fraternelle et éprise de paix.

Ce cheminement doit être le fruit de la confiance et de l’estime mutuelle, et à son tour, cette estime repose sur une meilleure connaissance des autres, clef d’une meilleure connaissance de soi.
Nous allons écouter les témoignages de cinq représentants de divers cultes (Islam, Catholicisme, Judaïsme, Protestantisme) et d’un représentant de la franc-maçonnerie. Qu’ils acceptent l’expression de toute notre gratitude.

J’ai le plaisir de vous les présenter :

Madame Liliane Apoteker, de l’Amitié judéo-chrétienne internationale (Council of Christians and Jews)

Mon sieur Ahmed Miktar, imam

Monsieur Robin Sautter, pasteur

Le père Pierre Agneray, vicaire épiscopal

Monsieur Gilles Hanotin, membre de la Franc-Maçonnerie

Nous allons vous poser les quatre questions, qui figurent dans notre document d’accompagnement.

Pour bien repérer les enjeux de ce dialogue interreligieux et engager ce cheminement de la tolérance vers toujours plus de respect, il peut être intéressant d’avoir à l’esprit les conclusions de Paul Ricoeur, à la fin d’une conférence datant de 2000.

Avec ce penseur, dégageons trois moments dans notre rapport à la tolérance. Car être vraiment tolérant ne va pas de soi. Paul Ricoeur dégage trois moments de la tolérance qui sont résumés dans les brefs extraits qui vous sont distribués :

1) Une première tolérance n’accueille pas vraiment l’autre religion et tente de la réduire au silence. Elle attend la moindre occasion pour caricaturer celui qui ne partage pas ses propres convictions. Au sein d’une même religion cette « tolérance intolérante » peut se faire jour dans les dérives intégristes.

2) Une seconde tolérance, plus positive, garantira le libre exercice des divers cultes mais, restant sur le seul plan juridique, chacun restera sur ses positions ; chacun reste bien chez soi. On reste indifférent et tranquille ; mais la tranquillité est-elle la paix ?

3) Une troisième tolérance peut se faire jour dès lors que le dialogue inter-religieux devient vivant, reposant sur la confiance et l’accueil de l’autre, comme celui qui va m’aider à mieux me connaitre moi-même.
C’est cette troisième tolérance qui va nous faire cheminer vers le respect ; c’est cette tolérance qu’il s’agit de prôner. Elle ne s’oppose pas aux religions mais à leur régression dogmatique toujours possible.
Paul Ricoeur, pour susciter cette vraie tolérance, nous invite à la modestie devant la complexité de nos propres convictions religieuses ou humanistes. Il a cette belle image : dans un jardin japonais où se trouvaient disposées 15 pierres de taille différente, il s’avisa qu’un seul regard ne pourra jamais apercevoir toutes ces pierres, en même temps. C’est la confrontation pacifique de multiples points de vue sur le même objet qui nous rapprochera de la Paix entre les hommes et de la Fraternité dans les sociétés. Personne n’a le droit de dire qu’il domine les autres. Mieux : chacun doit rester fidèle à soi pour m’aider à être fidèle à moi-même. Charles Péguy, un des fondateurs du dialogue interreligieux véritablement tolérant et respectueux, a cette belle image du contrefort qui est la garantie que le mur que chacun construit va s’élever très haut ; mais à mon tour le mur que je construis sera le contrefort du mur que tu construis. « Les contreforts sont des contrepieds » résume Péguy. « Contre » passe ici du vocabulaire de la haine qui s’oppose au vocabulaire de la construction qui s’élève ; c’est le triomphe de la vraie tolérance contenue dans une laïcité républicaine et fraternelle.

L’inter-religieux devient la condition de l’intra-religieux.
Le repli communautariste des convictions est la négation de cette tolérance active et sereine.

Après les interventions , vous réagirez et échangerez.
Puis, la Salle vous posera des questions, avant une rapide synthèse.
Monsieur le Maire clôturera cette rencontre.
Un vœu : que notre « Rencontre de l’Artois » sur le dialogue inter-religieux se prolonge et se reproduise dans l’avenir, sur des thèmes variés, au plus près des préoccupations et des urgences vécues par nos concitoyens.

Merci encore à tous.

Charles Coutel

Directeur de l’IEFR


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search