La fin de vie…

SÉMINAIRE DE RECHERCHE « VULNÉRABILITÉ DU VIVANT »

Séminaire de recherche pluridisciplinaire ouvert aux étudiants de master, doctorants et chercheurs.

Inscription gratuite et obligatoire sur : Billetterie : Séminaire de recherche : La fin de vie – Billetweb

Organisation : Faculté de Théologie de Lille /Unité de Recherche « Théologie et Société », avec le soutien de l’IEFR

Présentation du cycle de séminaires

Nous explorons cette année la vulnérabilité de l’humain au cours de la vie. La vulnérabilité est reconnue comme une caractéristique inhérente à la condition humaine et elle est quasi-systématiquement associée à la souffrance, nous obligeant à l’inscrire dans le cadre de la théodicée. Cependant, il se dessine un chemin dans le paysage des représentations qui voit dans cette même vulnérabilité une ouverture, une « porosité existentielle(1) », lieu de relationnalité qui nous est donnée, non pas comme un défaut, mais comme ce qui nous met en capacité d’aimer. Toutefois, la vulnérabilité n’est acceptable que dans la mesure où l’humain trouve autour de lui tout au long de sa vie des personnes capables de sollicitude et d’empathie. En effet l’appel d’autrui vulnérable enjoint l’humain à la responsabilité, disait déjà Ricoeur. Durant les six séminaires interdisciplinaires, nous voulons scruter des lieux de vie où la vulnérabilité s’exprime, parfois de façon surprenante.
(1) Marie-Jo Thiel, La santé augmentée, réaliste ou totalitaire ?, Montrouge, Bayard Editions, 2014, p. 251.

Présentation du séminaire : La fin de vie…

La sédation profonde et continue maintenue jusqu’au décès (SPCMJD) est une intervention médicale qui consiste en l’administration intentionnelle de sédatifs en des dosages adéquats pour altérer l’état de conscience d’un patient, dans le but de soulager ses souffrances physiques devenues insupportables. En certains cas, cette intervention se pose aussi pour contrôler la souffrance existentielle, une forme de souffrance qui dérive d’une perte du sens ou de l’espérance dans la vie. La loi Claeys-Leonetti, en faisant tout simplement référence à « la souffrance réfractaire du malade en phase avancée ou terminale », n’établissant pas une différence entre types de souffrance, laisse donc un espace pour considérer la SPCMJD comme réponse à la « souffrance existentielle » réfractaire d’un patient en phase avancée ou terminale. Le corps soignant semble cependant hésitant à l’heure de répondre à une telle demande…

Intervenant – Paulo RODRIGUES

Paulo Rodrigues est Doyen de la Faculté de théologie de l’Université Catholique de Lille. Il est Ingénieur civil (Université de Porto) et a obtenu la Licence canonique en Théologie systématique à l’Université Pontificale de Salamanque. En 2015, il a obtenu un doctorat canonique à l’UCLouvain avec une thèse sur la rationalité de la théologie dans l’œuvre de Jean Ladrière. Il détient également un Master en Pédagogie universitaire (2016) de l’UCLouvain et un Master en Bioéthique (2017) de la KULeuven. Ces recherches actuelles portent sur la théologie fondamentale et systématique et sur l’éthique de la fin de vie, objet de sa thèse en sciences biomédicales (KUL).

Téléchargez le Programme


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search