L’édito du 9 décembre 2015

Nous sommes tous frères en humanité !

Quelques leçons du siècle des Lumières

C’est en voulant améliorer le monde par le développement de la raison que l’on pourra faire reculer le fanatisme religieux. Renvoyant dos à dos les dogmatiques et les sceptiques qui font le jeu des fanatismes, il s’agit d’oser nous servir de notre entendement.

Kant nomme criticisme cette position philosophique consciente des limites de notre raison et de nos connaissances. Dans cette perspective, toute foi religieuse est invitée à s’autolimiter et à se méfier de sa propre dérive cléricale (notamment quand un clergé accapare et détourne un message éthique initial). A cette pédagogie des limites, Kant va ajouter une théorie de l’Hospitalité universelle : les Lumières sont en chemin vers une affirmation du principe de laïcité républicaine défini comme la coexistence rationnelle et universelle des libertés éclairées. Cette tradition rationnelle est le cœur de l’intégration républicaine.

Condorcet entend conjurer l’ignorance et l’aveuglement du fanatique religieux par tout un travail de remémoration et d’éducation par l’instruction du peuple. Aux institutions scolaires et académiques d’étudier les religions à partir des controverses passées grâce auxquelles l’esprit philosophique a pris la mesure des risques du fanatisme mais aussi de la force de la raison. Le vrai rationnel devient le faux redressé.

C’est dans le même esprit mélioriste que Condorcet prône un enseignement élémentaire, moral et civique qui constitue la meilleure réponse au fanatisme religieux. Mais la puissance émancipatrice de l’instruction a une condition : la séparation de la morale et de la religion. Cette séparation entend réunir les différents croyants dans une prise de conscience déjà présente chez Voltaire : avant toute adhésion à une foi particulière, il s’agit de comprendre que tous les hommes sont frères en humanité. L’ironie, note Condorcet, est que cette séparation permettra à chaque croyant d’affirmer pacifiquement, dans sa sphère privée, ce que sa foi apporterait en plus de cette fraternité commune. L’amour de la République doit précéder l’affirmation de chaque appartenance particulière. Nous sommes en chemin vers une affirmation paradoxale : plus je suis croyant, moins je devrais le montrer. La laïcité est anti-cléricale et non anti-religieuse, comme l’actera la loi du 9 décembre 1905.

Charles Coutel

le 9 décembre 2015


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search