La « mission catholique aux Juifs » à l’honneur dans les pages de l’Osservatore Romano

Recension OR

Source : « Cristiana Dobner, « Ebrei e cristiani dall’Ottocento ai giorni nostri. Equilibrio nel dialogo » L’Osservatore Romano domenica 26 giugno 2016 pagina 4

Cristiana Dobner, « Juifs et Chrétiens du XIXème s. à nos jours. Equilibre dans le dialogue » L’Osservatore Romano 26 juin 2016 page 4 [Traduction François Lestang]

recension de Danielle Delmaire, Marie-Hélène Robert et Olivier Rota (dir.), La mission catholique aux Juifs. Émergence, renouvellement et critique du XIXe s. à nos jours, Parole et Silence, 2016, 246 p.

L’Eglise catholique est missionnaire et les missionnaires passent leur existence à annoncer l’Evangile dans toutes les parties du monde. Entre l’Eglise et Israël, au cours du XIXème s., quelles ont été les relations ? Quelle signification et modalité pour la mission ? Le volume [La mission catholique aux Juifs]. Emergence, renouvellement et critique du XIX à nos jours, édité par Danielle Delmaire, Marie-Hélène Robert et Olivier Rota (Parole et Silence, Paris, 2016, 246 pages, 22 euro) inquiète et met en discussion. Avec une méthode historique rigoureuse, en citant abondamment des documents et en employant un style sobre et détaché, il fait connaître non seulement le concept ou l’idéal de mission catholique vers (ou contre) les Juifs mais aussi toutes les étapes historiques au long des années, sans omettre aucune étape logique.

Les plans social, politique et religieux se trouvent impliqués et irrigués. La tension dialectique ou conflictuelle qui s’est créée avec la vocation missionnaire de l’Eglise catholique a besoin d’être repensée sérieusement, car elle « reste un des points majeurs de la réflexion théologique chrétienne, au sens où elle engage aussi bien l’ecclésiologie, la christologie que l’eschatologie » [p. 11].

La nouveauté apportée par le tournant de Vatican II émerge toujours plus dans la réflexion théologique actuelle. Le dialogue interreligieux est constamment convoqué, de même que le dialogue judéo-chrétien car Israël est « intrinsèque » à la vie de l’Eglise.

L’ouverture à de nouvelles positions est toujours délicate et demande de considérer simultanément le dépôt des Saintes Ecritures, la tradition mais aussi la sensibilité contemporaine. Le regard, qu’il s’agisse de celui des chercheurs – juifs et chrétiens – ou de celui du lecteur est appelé à se poser sur « le mystère d’Israël et ses implications apostoliques ». Un mystère compris dans son acception technique de révélation de la réalité future eschatologique qui accomplira le dessein de Dieu dans Dieu dans l’histoire.

A plusieurs reprises est justement rappelé le contexte historique des premières communautés chrétiennes et les liens avec la synagogue. Et il en résulte, à l’évidence, que les biblistes et les théologiens devraient travailler à repenser notre conception des communautés judéo-chrétiennes dans laquelle histoire, théologie et relations sont entremêlées.

Après la première moitié du XIXème s., sous le patronage et avec l’appui de certains milieux et personnalités catholiques, la mission a évolué. Aujourd’hui, quel objectif se propose-t-elle ? Quelle est la vocation propre d’Israël ? La recherche se déploie selon deux pôles : l’approche historique des événements et de la mentalité de la mission chrétienne tournée vers les Juifs depuis le début du XIXème s. jusqu’à Vatican II, et l’approche théologique et exégétique qui observe la dynamique, inédite, de l’articulation contemporaine entre mission et dialogue judéo-chrétien.

On va ainsi de l’essai de Danielle Delmaire, « Convertir pour sauver les âmes: l’Église catholique et la conversion des juifs au XIX siècle », à celui de Marc Rastoin, « Paul de Tarse et le judaïsme: entre colère et salut », qui ouvre à la nouvelle dimension perçue effectivement parmi les biblistes et les théologiens sensibles et attentifs, qui, s’éloignant de la théologie-idéologie de la substitution, s’ouvrent à la théologie de la bénédiction. Comme du reste les interventions et gestes symboliques des Papes dans les dernières décennies l’ont amplement démontré.

D’éminents chercheurs se suivent, illustrant les diverses facettes d’un dialogue qui n’impose pas à la mission un visage nouveau, quoique toujours présent et substantiellement inchangé, mais exige une nouvelle attitude : Daniel Moulinet, Olivier Rota, Anaël Lévy Éliezer Schilt, Yves Chevalier, François Lestang, Philippe Loiseau, Thierry Vernet, Marie-Hélène Robert.

Tous, selon des modalités diverses, engagés sur un front qui exige une distance critique et une fraternité intellectuelle pour pouvoir avancer, quoique chacun à son rythme, vers le même but : « le point le plus novateur, dans ces explorations, est certainement la prise en compte non seulement des Ecritures mais aussi de la tradition vivante et orale d’Israël, qui le constitue comme peuple, sans son origine, son aujourd’hui complexe et son espérance fondée dans la promesse divine » [p. 11]

Une théologie de la bénédiction qui reconnaît en Jésus de Nazareth, le Fils de Dieu, le Sauveur, en témoigne et l’annonce, mais a mis fin à l’organisation d’une mission. En effet, comme l’affirme le document récent de la Commission pour les relations avec le judaïsme, Les dons et l’appel de Dieu sont irrévocables (Rm 11,29). Réflexions sur des questions théologiques. Une réflexion théologique sur les rapports entre catholiques et juifs à l’occasion du 50e anniversaire de Nostra Ætate (n. 4), l’Eglise catholique « rejette par principe toute mission institutionnelle auprès des juifs ». De plus « les chrétiens sont néanmoins appelés à rendre témoignage de leur foi en Jésus Christ devant les juifs, avec humilité et délicatesse, en reconnaissant que les juifs sont dépositaires de la Parole de Dieu et en gardant toujours présente à l’esprit l’immense tragédie de la Shoah »[N°40, p. 238]


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search