La violence dans les théâtres d’enfance : une écriture singulière aux XVIIe et XVIIIe siècles ?

Journée d’étude : La violence dans les théâtres d’enfance : une écriture singulière aux XVIIe et XVIIIe siècles ?  

Organisation : Béatrice Ferrier et Isabelle de Peretti

Lieu : Université d’Artois [présentiel et distanciel]

Date : 8 décembre 2023 [inscription obligatoire]

Présentation

Dans l’anthologie L’Enfant rêvé parue en 2022, Marie-Emmanuelle Plagnol-Diéval souligne qu’en dépit de leur diversité, les théâtres d’éducation – théâtre scolaire, théâtre des familles – se rejoignent par l’apport moral décisif qu’implique le dénouement. Cette dimension moralisatrice, associée à un objectif social, n’exempte toutefois pas ce théâtre, destiné à l’enfance, des représentations de la violence.

Cela est particulièrement marqué dans le théâtre pour les scènes scolaires où les sujets historiques, bibliques, mythologiques n’épargnent pas les thèmes de la guerre, des massacres (liés à la religion), des vengeances, des luttes fratricides. Ces pièces s’inspirent des règles de la tragédie – témoins en sont Esther et Athalie écrites par Racine pour les demoiselles de Saint-Cyr – mais aussi des pièces de martyre ou du théâtre de la cruauté des XVIe et XVIIe siècle, pour reprendre les réflexions de C. Biet et M.-M. Fragonard, que l’on trouve notamment sur les scènes des jésuites. Dans les recueils de théâtre pour les familles, ces violences sont traitées de manière différente en raison de la matérialité des représentations et de l’influence du drame ou des valeurs familiales. Sans doute la violence se place-t-elle davantage à hauteur d’enfant, prenant par exemple la forme du rejet du fils par le père, de bagarres entre jeunes gens, de cruautés à l’égard des animaux, etc. Le thème de la guerre y est également abordé, notamment chez Berquin, en vue du public adolescent et de l’entrée dans les écoles militaires.

L’âge, le sexe, le cadre pédagogique, la langue choisie (français ou latin), le contexte historique et géographique conditionnent indéniablement ces représentations de la violence. Nous pourrons ainsi en répertorier les formes, en étudier les jeux de dissimulation ou d’édulcoration, en interpréter les enjeux en fonction de la réception adulte et/ou enfantine, en observer l’impact de la représentation scénique (chants, danses, décors). Comment le sacrifice d’Abraham, par exemple, est-il traité par le P.  Brumoy, par l’abbé Aunillon ou par madame de Genlis ? Qu’en est-il de la trahison et des exactions d’Absalon sur la scène des oratoriens au XVIIe siècle, sur celles de madame de Maintenon (à Saint-Cyr et à Versailles) sous la plume de Duché de Vancy ou encore sur les tréteaux des jésuites, en France et en Italie, grâce aux versions du P. Marion au XVIIIe siècle ?

Il s’agira donc d’interroger les formes que revêt la violence selon les scènes et les contextes de création et de réception dans les pièces des XVIIe et XVIIIe siècle écrites et jouées par des enfants pour en analyser les enjeux.

Parmi les objectifs de cette journée, dont les réflexions sont amenées à se poursuivre, nous commencerons à dresser un inventaire en vue d’explorer les répertoires des pièces enfantines dans le cadre d’un projet à plus long terme.

Programme

8h50 – Accueil
9h15 – Introduction, Béatrice Ferrier et Isabelle de Peretti (Université d’Artois)
9h30-12h – Théâtre de collège
Présidence : Isabelle de Peretti (Université d’Artois)
9h30-11h Les martyres d’enfants dans les tragédies de collège, Agathe Giraud (Université d’Artois) et Clément di Scotto (Université de Dijon)
Réminiscences du théâtre jésuite dans l’Attila de Pierre Corneille, Théo Gibert (Université de Lyon 3)
Discussions
Pause
11h15-12h00 Violence publique, violence domestique. Le martyre chrétien dans le théâtre d’éducation au 18e siècle, Nicolas Brucker (Université de Metz)
Discussions
Repas
13h30-16h45 – Théâtre mixte et théâtre féminin
Présidence : Marie-Emmanuelle Plagnol-Diéval (Université Paris-Est, Créteil)
13h30-15h Sagesse des bœufs et violence de l’homme, ou le refus du drame chez Berquin, Francis Marcoin (Université d’Artois)
Les mises à l’épreuve dans les drames de Berquin : un théâtre de la cruauté ?, Magali Fourgnaud (Université de Bordeaux)
Discussions
Pause
15h15-15h45 Représentation et déclinaison de la violence dans le théâtre des filles (1689-1787) : modèles et contre-modèles, Béatrice Ferrier (Université d’Artois)
15h45-16h45
Discussions et table ronde : projets à venir

Téléchargez le programme



Citer ce billet
Olivier Rota (2023, 20 novembre). La violence dans les théâtres d’enfance : une écriture singulière aux XVIIe et XVIIIe siècles ? Institut d'Étude des faits religieux. Consulté le 13 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/pu70

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search