L’édito du 14 novembre 2017

Le 9 décembre : célébrons la loi de 1905

La seconde semaine de décembre de chaque année est l’occasion de célébrer le principe de laïcité ; un jour peut-être, la République décidera de lui consacrer le 9 décembre, ce serait une invitation à l’étude et à la commémoration de ce principe républicain central. Cette transmission aux générations qui viennent est essentielle, car la complexité du mot laïcité atteste de notre grande et douloureuse mémoire : à l’étranger, on ne comprend pas bien notre attachement à l’idéal laïque. À nos amis étrangers, je réponds : « C’est que vous n’avez pas eu les guerres de religion ». Je leur dis aussi : « Vous n’avez pas eu la Révolution de 1789 ». Je pense aussi : « Vous n’avez pas eu la loi de 1905 sur la séparation des Églises et de l’État ».
Mais cette richesse du passé peut nous jouer des tours, si nous ne voyons pas sa complexité ; cette méconnaissance explique notre confusion actuelle et le développement de polémiques bien inutiles.

Une de nos tâches est donc bien de cultiver notre esprit critique dans les usages que nous faisons du principe de laïcité. Cet appel à l’étude se double d’un effort de mobilisation face à tous les fanatismes qui entendent déstabiliser non seulement l’unité de la nation mais aussi la solidité philosophique de nos principes.
Rappelons sans cesse l’unité philosophique mais aussi l’autonomie relative de chaque principe : liberté, égalité, fraternité, laïcité, solidarité, dignité, hospitalité, concorde universelle. Tout se tient.
Être laïque, c’est s’inscrire dans un cadre juridique porté par un idéal éthique, mais c’est aussi rejoindre un combat politique et institutionnel garantissant l’accès de tous aux savoirs, à la culture républicaine et à une culture religieuse non-confessionnelle. Et tout cela commence par les mots.

Charles Coutel

Téléchargez la version développée


Vous aimerez aussi...