Y a-t-il une radicalité de la foi ?

Dirigé par Jean-Luc Blaquart

L’Harmattan,  coll. « Théologies pratiques et contextuelles », 2018, 272 p.

Présentation

Les sociétés occidentales contemporaines en sont venues à qualifier péjorativement des courants religieux en utilisant l’adjectif « radical ». Il semble qu’ainsi la radicalité de la foi soit devenue incompatible avec les règles explicites ou implicites de la démocratie, et qu’elle dénote des formes extrêmes qui dépassent les limites de ce qui est permis aux individus et aux groupes. Les confessions de foi portent une dimension de radicalité qu’on retrouve dans leurs sources scripturaires et leurs traditions historiques. On s’interroge ici sur la nature et les enjeux de cette radicalité, tantôt condamnée tantôt prônée.

Sommaire

Jean-Luc Blaquart, Introduction

Philippe Henne, Le fanatisme chez les donatistes et la radicalisation chez Augustin

Isabelle Grellier, Les protestantismes, entre rupture radicale et continuité

Olivier Rota, De l’intransigeantisme à l’intégralisme. Le catholicisme et le rapport au monde moderne

Jean-Luc Blaquart, Foi et modernité : d’une radicalité à l’autre

Michel Castro, De la violence à la recherche raisonnable de sens : Eric Weil, philosophe de la sécularisation

Ignace Berten, La radicalité dans l’Église catholique contemporaine : de la vérité à la bonté

Anne Buyssechaert, Y a-t-il une radicalité du droit canonique ?

Omero Marongiu-Perria, Les permanences de l’hégémonisme religieux dans l’islam contemporaine et leurs porosités avec la pensée extrême

Jean-Luc Blaquart, Conclusion


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search